Final White.png

Modélisation numérique du transport solide torrentiel en granulométrie entendu

Introduction :

 

Les outils de modélisation numérique du transport solide souffrent d’un manque de validation dans le contexte des rivières et torrents de montagne (pentes élevées, écoulements critiques, granulométries très grossières...). Au sein du consortium TELEMAC-MASCARET, les ingénieurs d’Artelia ont été très actifs dans l’écriture du code de calcul GAIA (nouveau code de transport sédimentaire, en remplacement de SISYPHE). A la suite de ces développements, un projet de recherche interne à d’Artelia a été initié afin de s’assurer que GAIA couplé avec TELEMAC 2D était capable de représenter correctement les processus hydrosédimentaires dans un cas torrentiel et de définir les méthodes et paramètres de calcul nécessaires pour cela. Ce travail de validation a tiré profit de la mise en œuvre au Laboratoire d’un modèle physique (échelle 1:40) d’une plage de dépôt (en projet pour la Combe de Lancey). Les résultats de ce projet de recherche interne sont très encourageants (cf. figure ci-dessous), et ont donné lieu à la soumission d’une résumé (accepté) au congrès River Flow 2020.

Rapport bientôt disponible

Evaluation :

 

Evaluateur 1

Note : A (4+4+4=12)

Parfaitement dans les objectifs du GIS thème risques d’érosion, dépôt, affouillement
Le travail concerne la validation du code de calcul GAIA en intégrant la granulométrie étendue dans le modèle numérique existant de plage de dépôt. Une comparaison sera faite avec un cas traité par l’IMFT utilisant SISYPHE. Projet bien expliqué et permettant d’intégrer des développements très récents.

 

Evaluateur 2 

Note : B (3+3+3=9)
Le projet mobilise bien plusieurs équipes du GIS HED². Le projet permet d’avancer sur le développement du logiciel Gaia sur le transport solide torrentiel en granulométrie étendue. L’implication de l’IMFT n’est pas confirmée.


Le lecteur n’arrive pas à juger si l’impact du projet se limitera au régime torrentiel ou bien si l’impact sera plus général. Le calcul du transport solide en granulométrie étendu n’est pas un sujet nouveau.
Le projet est intéressant mais il manque une partie d’explication sur l’apport de la nouvelle méthode de Recking pour le transport en granulométrie étendue et un positionnement par rapport à l’état de l’art.